La montagne et la taupinière

Lectures bibliques
Esaïe 41:14-16 – Les montagnes tu les écraseras
Matthieu 17:19-21 – Montagne, transporte-toi d’ici à là
Matthieu 21:21-22 – Montagne, jette-toi dans la mer
1 Corinthiens 13:1-3 – Une foi à transporter des montagnes
Prédication
En entendant ces quatre textes, on croirait que la seule fonction de la montagne, c’est d’être rasée, mise en miettes, écrasé, ou déplacées. Il s’agit sûrement d’un fantasme de base dans toutes les civilisations : restructurer l’espace, manifester qu’on est forts parce qu’on a changé concrètement cette nature qui nous domine si souvent. Et même à l’ère où une armada de bulldozer peut déplacer une colline pour la construction d’une autoroute, nous restons avec ce rêve : que nous puissions laisser notre marque sur l’espace.
Ceci dit, ni Esaïe, ni Jésus, ni Paul n’avaient une vocation à travailler dans les travaux publics. En réalité, ils nous parlent de notre rapport à Dieu au travers de ces images. Comment, effectivement, pourrions-nous prétendre déplacer les montages tous seuls ? C’est Pharaon qui prétend construire des montagnes pyramidales. C’est pharaon et ses successeurs, qu’ils s’appellent Haussmann, Bouygues ou autres, qui rêvent de déplacer les collines par leur propre force. Mais Esaïe, Jésus et Paul essayent d’utiliser cette image pour nous dire que nous aussi nous pouvons déplacer des montagnes. A la différence des grandes entreprises du BTP, nous n’avons pas besoin de beaucoup d’argent, ni de beaucoup de force comme en avaient besoin les architectes de Ramsès II, mais nous avons seulement besoin de renouveler notre alliance avec le constructeur d’origine, celui qui a fait les plans et qui a réalisé cette construction incroyable qu’on appelle la nature. Bref, Jésus dit bien à deux reprises dans l’évangiles de Matthieu qu’avec un peu de foi, on peut entrer dans un registre de la puissance de Dieu qui nous associe à son pouvoir créateur. Dieu a créé les montagnes. Si nous nous mettons d’accord avec lui et qu’il donne son approbation, nous pouvons déplacer les montagnes. C’est le mandat de l’humanité que d’administrer la création. Non pas pour le plaisir de déplacer les montagnes, mais pour aménager un territoire et en faire une terre à vivre, une terre où il fait bon vivre.
Pour autant, comme nous l’avons déjà suggéré, il ne s’agit pas d’un traité de Travaux Publics, et c’est assurément à d’autres montagnes que le prophète, le Sauveur et l’apôtre font référence.
Les locutions françaises peuvent nous aider à comprendre cette réalité.
Ne dit-on pas dans notre langue : « Il s’en fait toute une montagne » ?
Dans cette expression, on évoque cette étrange capacité de l’être humain à mal évaluer les proportions. Quelque chose qui n’était pas si grand que cela à escalader devient un sommet alpin. Ne dit-on pas aussi « Se faire une montagne d’une taupinière » ? Le monticule de terre que soulève la taupe fait au maximum 20 cm et on le prendrait donc pour une colline de 200 mètres ou un pic de 2000 mètres ? Le ratio est de 1 pour 10.000 et 1 pour 100.000 ! L’expression nous dit qu’on peut confondre 20 cm et 2000 mètres, ce qui équivaut à confondre 20 euros et 2 millions d’euros. J’espère que ça ne vous arrive pas trop souvent quand vous rédigez un chèque.
Et pourtant, il nous arrive de nous faire une montagne d’une taupinière.
Il y a donc devant nous une grande diversité de montagnes à escalader. La vie est une marche, il faut assurément passer des cols et escalader des sommets. Mais bizarrement, les cimes les plus hautes dans notre tête ne sont pas forcément les plus hautes dans la réalité.
Prendre la parole en public va être pour beaucoup d’entre nous un sommet inatteignable ! Alors que ce n’est pas plus compliqué d’aligner quelques phrases devant 100 personnes que devant une.
Dire à quelqu’un qu’on l’aime pourra être pour nous un pic rocheux tout à fait inaccessible. Alors que c’est si bon pour l’autre d’entendre qu’il est aimé.
Que de taupinières qui deviennent des montagnes.
Finalement, nos problèmes sont parfois bizarrement évalués et bizarrement traités. Nous passons énormément de temps à solder des dossiers finalement très simples, et nous bâclons l’essentiel en ne voyant pas son importance. Bref, nous prenons cordes, mousquetons, et chaussures crantées pour escalader la taupinière et nous partons en tong sur l’Everest.
Une des capacités que Dieu veut restaurer en nous est de revenir à un peu de réalisme et de pragmatisme. Quand Jésus nous dit qu’avec un peu de foi on peut déplacer une montagne, il veut nous dire qu’il faut bien voir ce qu’il y a devant nous. Car il ne dit même pas qu’avec un peu de foi on pourra escalader les plus hauts sommets, mais bien qu’on déplacera la montagne. Ça c’est une solution à laquelle la plupart d’entre nous ne pense jamais. Quand vous avez une grosses montagne devant vous et que vous devez aller de l’autre côté, vous pensez à la contourner, à éviter le problème, à le fuir, à l’esquiver. Vous pensez, si vous êtes un peu plus courageux, à l’escalader. Mais Jésus propose une solution somme toute beaucoup plus simple : déplacer la montagne… Eh oui, il fallait y penser. Alors, nous nous quittons la corde, les mousquetons, et les chaussures crantées et nous allons chercher une pelle au fond du jardin. Mais ce qu’il faut prendre, c’est simplement un peu de foi. Car Jésus nous donne même la méthodologie pour déplacer la montagne. Il suffit de lui dire de se déplacer. « Au nom de Jésus, toi la montagne qui es ici, tu vas là-bas maintenant ! ».
Bien sûr, s’il y a des psychanalystes dans la salle, ils doivent être déjà par terre, ayant fait une crise cardiaque, voyant la folie de cette parole, voyant aussi peut-être le rêve de toute-puissance qui est caressé par celui qui désire déplacer la montagne par la parole. Mais pourtant, c’est bien ce que Jésus nous dit. Et il y a en a des montagnes auxquelles nous pouvons dire de se déplacer. Pour vous entrainer, je vous conseille de commencer par les montagnes dont vous aurez préalablement réalisé qu’elles étaient en réalité des taupinières. Regardez bien la montagne qui est devant vous, regardez-la bien dans les yeux — eh oui, la montagne a des yeux, tout comme elle a des oreilles pour vous entendre — et dites-lui de se déplacer. Et là, tout d’un coup le chemin est accessible…
Alors si vous avez un psychanalyste dans le coma à côté de vous, vous pouvez doucement le réanimer, car en réalité, il ne s’agit pas de désirer être tout-puissants, mais seulement réaliser très simplement, que par le Christ, par la puissance de son nom, nous sommes associé au pouvoir créateur de Dieu, qui consiste à nommer les choses, à poser un nom sur le réel, et à pouvoir prendre autorité sur lui. Nous ne croyons pas en notre puissance. Nous ne croyons même pas à la puissance de la prière, mais nous croyons en la puissance de Dieu, c’est pourquoi nous prions. Et les montagnes s’aplanissent.
Jésus, à la suite d’Esaïe, nous offre une solution pour régler la majeure partie de nos problèmes. Plutôt que d’aller devant Dieu en geignant et en lui disant : « Tu sais, Seigneur, j’ai de gros gros gros obstacles devant moi. J’ai de grands grands grands problèmes. », le mieux, c’est d’aller chercher un peu de courage et de force auprès de l’Eternel, de se laisser remplir du Saint-Esprit, et d’aller devant ses problèmes, et de leur dire : « Eh, mes problèmes, est-ce que vous réalisez que j’ai un grand grand grand Dieu ? Alors, vous dégagez ». Voilà une bataille comme Jésus les menait. Plutôt que de dire à Dieu l’immensité de nos problèmes, dire à nos problèmes l’immensité de notre Dieu ! Renverser la tendance, inverser la vapeur, intervertir les rôles. Ce ne sont plus les événements qui décident de tout dans ma vie, mais c’est moi qui commence à imprégner les événements, sans croire que je les maîtrise totalement, mais en m’en saisissant, main dans la main avec mon Seigneur.
Voilà une façon de vivre. Il ne reste plus, après, qu’à entourer ça d’un immense amour pour que toute velléité de puissance ou de domination soit écrasée. Il ne reste plus qu’à écouter le conseil de Paul, et à lâcher prise, mais non plus devant les événements, mais lâcher prise devant celui qui veut écrire l’histoire avec nous, le Seigneur, et surtout, lâcher prise devant son incroyable amour pour nous en nous rappelant ceci : « Je peux avoir toute la foi, même jusqu’à transporter des montagnes, mais si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien ».
Que l’amour de Dieu structure ici même et dès aujourd’hui un peuple courageux, audacieux, et plein de foi.
Amen