Lettre ouverte à mes amis musulmans

19 septembre 2006

Chères Nadjet, Leila, Aïcha, …
Chers Abdoulkadir, Imad, Abdou, Mohammed, …
Nous nous trouvons ensemble témoins des suites d’une prise de parole du pape Benoît XVI.

Je prends la parole et vous savez que je suis protestant, c’est-à-dire que je ne donne pas d’autorité à cette parole, bien que j’y sois associé de fait, par mon appartenance à la religion chrétienne. Le pape a donc associé l’islam et la violence, et dissocié l’islam de la rationalité.
Malheureusement, de nombreuses réactions musulmanes dans le monde tendent à donner raison à ces propos, du fait d’un déferlement de violence, avec, y compris des attentats contre des églises, des effigies du pape brûlées, des paroles de malédictions. Et ce n’est pas le seul fait des extrémistes, puisque les présidents pakistanais et indonésiens ont eu des paroles d’une dureté étonnante. Que penser quand dimanche dernier ma femme est agressée verbalement par un chauffeur de taxi parisien disant qu’il faut tuer tous les chrétiens ? Je ne veux pas céder à cette logique de surenchère. Tout cela n’est facile à vivre pour aucun d’entre nous. Si nous en rajoutons, ce sont nos enfants, nos frères et nos sœurs, qui, un jour s’entretueront, non pas en paroles mais en actes. Nous n’avons rien à y gagner. C’est par les actes que nous avons à démontrer au monde que les religions peuvent être des facteurs de paix.
Pour ce qui est de dissocier islam et rationalité, c’est bien sûr une erreur historique, puisque c’est la civilisation arabe est l’origine d’une littérature immense, de l’algèbre, de l’astronomie, etc. Avec vous, je veux contester cette confusion sans fondement.
Pour autant, soyez conscients qu’aujourd’hui, on peut dire tout ce qu’on veut sans encombre à propos des chrétiens, y compris les pires paroles de caricature et d’appel au meurtre à leur égard, même dans des cercles athées ou des musulmans modérés que nous fréquentons quotidiennement en France, tandis que dire quoi que ce soit sur l’islam conduit toujours tout de suite à une levée de bouclier. Il y a un tabou, même en France, qui rend complexe tout discours sur votre religion, et ça, ça pose problème.
Prenons les uns et les autres des positions courageuses, pour éviter les confusions. Refusons l’islamisme ensemble. Refusons la toute-puissance de l’argent qui se moque de nos deux religions. Refusons la disproportion dans nos réactions et sachons continuer à dialoguer sans être nécessairement d’accord.
Es-salamou ‘aleikoum

Gilles B.

Comments

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.