Témoignage de Lalaïna, originaire de Madagascar

Lalaïna est une jeune malgache installée en France. Elle pensait que certaines pratiques malgaches étaient simplement culturelles ; elle en a découvert la dimension spirituelle dans un temps de délivrance par rapport aux liens ancestraux. Nous sommes trois témoins qui peuvent certifier de la véracité parfaite de ces propos qui ne sont en rien romancés (je sens que des sceptiques liront cet article !). :-)
G. B.

La malédiction de la famadihana
A cause de la pratique du retournement des mort, la famadihana ou exhumation des ancêtres, beaucoup d’esprits humains m’habitaient. Je précise que je n’ai jamais participé directement à ces traditions ni à ces rituels.
Mais comme mes parents, mes oncles et mes ancêtres ont pratiqué régulièrement ces abominations, j’ai eu des héritages spirituels très lourds.
A Madagascar, des pratiques et des mentalités abominables sont encore très répandues dans la plupart des familles malgaches. Notamment des mentalités très racistes envers ceux qui ne sont pas du même origine ou rang social qu’eux. Par exemple, dans ma famille, mon père avait des parents qui étaient de deux rangs sociaux différents. La mère de mon père était d’une famille descendance d’esclaves et mon grand-père paternel était issue d’une famille descendance royale. Suite à son mariage avec ma grand-mère maternelle, mon grand-père paternel a été rejeté totalement par sa famille.

Les consécrations des lignées
Dans les familles descendance royale, il est interdit de se marier avec des personnes qui ne sont pas de descendance royale sinon ces personnes sont totalement rejetées et ne peuvent même pas être enterrées au cimétière de la famille.
C’était le cas de mon grand-père paternel qui a dû se faire construire une tombe ailleurs pour sa descendance comme sa famille l’a rejeté.
La famille de mon grand-père paternel continue jusqu’à ce jour à faire des offrandes pour les morts au cimétière de leurs ancêtres comme ils considèrent toujours leur royauté.

Lors de ma délivrance, le Seigneur montrait que des démons nommés “aristocratie” étaient en moi avec l’esprit du grand-père paternel à cause de ces ancêtres soi-disant nobles selon le monde.
Ces esprits d’aristocratie me conduisaient à dépenser à acheter que des choses luxueuses très chères et faisaient de moi une fille arrogante, orgueilleuse, hautaine et méprisant les gens qui n’étaient pas de même origine ou race que moi surtout les indiens d’Inde et les gens de type africain.
Je n’acceptais pas que quelqu’un me demande de faire quelque chose même si c’est quelque chose que j’allais vraiment faire, je ne supportais pas que quelqu’un me dise de le faire.

Esprits humains
La présence de ces esprits humains des ancêtres du côté de mon grand-père paternel faisait de moi une fille insoumise, car ces gens, quand ils étaient vivants, avaient l’habitude de donner des ordres et de se faire servir, d’être servi en ayant eu des serviteurs et servantes à leurs disposition. C’était le cas aussi du côté des ancêtres du côté de mon grand-père maternel le père géniteur de ma mère dans lesquels il y avait des liens très forts liés aussi à la royauté. D’ailleurs pendant ma délivrance, ces esprits proclamaient leur royauté ! Le Seigneur me libérait de toutes les consécrations royales, les onctions royales que j’ai héritées de ces ancêtres. Certains de ces esprits étaient très méprisants en regardant de haut le Pasteur qui priait pour ma délivrance.

Du côté de ma grand-mère paternelle, c’était une descendance d’esclaves et des malédictions ont été jetées sur la descendance par rapport à l’enfantement. J’avais une marque spirituelle d’esclave sur mon dos qu’on a effacé par le sang de Jésus et les malédictions prononcées par ces ancêtres et les liens d’esclavage : des jougs et chaînes autour de mon cou, de mes mains et mes pieds que l’on a brisés au nom de Jésus pour que je sois libre.
Dans la réalité, dûs à ces liens d’esclavage, mes frères et moi nous n’arrivions pas obtenir un travail valorisant selon les niveaux d’études qu’on a, mais on avait toujours eu du travail physique et ou de l’asservissement dans le travail. Ils travaillaient également dans la relation de couple où mon ami commençait à avoir une emprise sur moi ainsi qu’une autorité spirituelle dans l’Eglise avec une autorité qui n’était pas bien ajustée, ces esprits travaillaient pour m’asservir, tordant la soumission de la Parole de Dieu en une sorte d’emprise et d’esclavage.
Ces esprits humains des ancêtres du côté de ma grand-mère paternelle travaillaient pour mettre des désordres par rapport à mon travail, utilisaient l’employeur pour me mettre la pression pour me faire démissionner de mon travail.
Pendant ma délivrance, ces esprits criaient de regret et de désespoir que je ne serai plus esclave.

Du côté de mes grands parents maternels et arrière grands parents maternels par rapport à ma grand-mère maternelle et son mari officiel ainsi que par rapport à mon père, il y avait beaucoup de liens d’impudicité et d’adultère que le Seigneur m’en a libéré.

C’était très dur pour moi et pour mon entourage, car, du fait de ces liens très opposés (royauté et esclavage), ces esprits humains me téléguidaient de façon très différentes et me torturaient puisqu’ils savent que j’ai changé de camp, j’ai donné ma vie à Jésus. Ces esprits me tiraient toujours en arrière quand j’avançais un peu dans les choses du Seigneur jusqu’à ce que le Seigneur m’en a délivré. Gloire à toi Jésus, merci Seigneur !

Des principautés territoriales m’habitaient
Le Seigneur Jésus m’a libéré aussi des puissances territoriales du pays de Madagascar qui étaient très fortes, c’étaient des dominations ou principautés représentées par des esprits animaux comme le fosa par rapport à l’ethnie merina des hauts plateaux, et des singes et lémurs, et aussi des loups blancs par rapport au pays.
Je pense que ces puissances territoriales qui rendent toujours les malgaches très attachés au pays, surtout les hommes, qui ont toujours tendance à vouloir rentrer au pays, attachés à la terre, qui pour certains même en étant chrétiens laissent leurs femmes et enfants à l’étranger et rentrent à tout prix à Madagascar.
Ces puissances en sont les causes et ces puissances sont en collaboration directe avec les esprits invoqués dans le culte de morts, retournement de mort, sorcellerie et occultisme malgaches.
Le Seigneur m’a délivré aussi des liens par rapport aux ancêtres liés à mes origines malaisiennes et par rapport aux consécrations liées à mon nom.

Une délivrance par étapes
Le Seigneur opérait ma délivrance par étape : d’abord il a extirpé l’esprit de mon père vivant qui avait une emprise sur moi par rapport aux arts martiaux qu’il a pratiqués, voulait me garder toujours comme une petite fille ce qui était aussi un des obstacles par rapport à mon mariage.
Ensuite, le Seigneur ma délivré de l’esprit de ma grand-mère maternelle (vivante aussi), qui voulait me détruire totalement car j’ai donné ma vie Jésus, elle était déguisée en esprit animal félin. Et dans la suite, espacée de quelque semaines, le Seigneur m’a délivré des esprits de mes grand-parents paternels, les arrières grands parents paternels, le grand-père officiel maternel, le grand-père père géniteur de ma mère, les arrières grands-parents du coté du grand-père père géniteur de ma mère, les arrières grands parents du côté du grand-père officiel et les arrières grand parents du côté de ma grand-mère maternelle. [NDLR : durant cette matinée de délivrance, Lalaïna a été libérée des esprits de seize aïeux !]

Je ne peux que remercier le Seigneur Jésus Christ mon Roi qui a eu compassion de moi et qui m’a fait miséricorde d’être libérée de tous ces esprits qui n’avaient qu’un objectif de me torturer et me tuer.

Gloire au Seigneur Jésus !

Lalaïna

Comments

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.